Marc-antoine Berthod invité du Colloque « QU’EST-CE QUE LA CRISE SANITAIRE FAIT AU PROCESSUS DE DEUIL ET AUX RITES FUNÉRAIRES ? »

sur le thème : INTIMITÉS CONTRAINTES. RÉORGANISATIONS FUNÉRAIRES ET DEUIL EN TEMPS DE PANDÉMIE

Colloque organisé par le Centre interdisciplinaire en histoire et sciences des religions (CIHSR – UNIL)

VENDREDI 26 MARS 2021 (en ligne) – UNIL

ARGUMENT GÉNÉRAL

La crise sanitaire, politique, économique et sociale liée à la Covid-19 a profondément affecté les rituels funéraires et cela différemment selon les pays. De nombreux témoignages relayés par les médias helvétiques ont mis en évidence comment,dans des pays voisins, les autorités sanitaires ont fermé des lieux de cultes, interdit certains rites funéraires et imposé des restrictions aux services funèbres.

Souvent associées à des images, la diffusion de ces informations a eu un fort impact sur l’imaginaire collectif. Elles ont relancé le débat, qui puise ses racines dans la Grèce ancienne, au sujet du devoir de sépulture qui entoure et favorise le processus de deuil dans toute société. Cette crise a par ailleurs jeté la lumière sur la teneur de notre rapport aux rites funéraires et plus largement à la mort: remis en cause par les restrictions sanitaires, ceux-ci étaient déjà en pleine transformation,notamment depuis l’apparition des nouvelles technologies numériques qui autorisent des commémorations « online » – en direct ou en différé – ou la création de cimetières virtuels.

Dans ce contexte très large qui génère et révèle à la fois de nombreuses questions de société, plusieurs enseignant.e.s chercheur·euse·s de l’Université de Lausanne, issu·e·s de facultés différentes, veulent interroger les répercussions de la crise sanitaire que nous traversons depuis des mois sur les pratiques funéraires et partant, sur le processus de deuil. Qu’est-ce que la crise sanitaire fait au processus de deuil? Le transforme-t-elle? Précipite-t-elle un rapport à la mort et aux rites déjà en pleine évolution qui entourent cette étape de vie? Incite-t-elle à repenser des rituels qui semblent, à certains, déjà dépassés voire vides de sens? Enfin, comment les réaménagements des dispositifs funéraires impactent-ils nos manières de penser le deuil et de vivre collectivement son surgissement ?

Une palette d’intervenant·e·s ont été invité·e·s pour débattre collectivement de ces importantes questions dans le but de favoriser un regard réflexif et critique, interdisciplinaire et comparatiste, sur la crise que nous traversons actuellement.

https://unil.zoom.us/j/98918032429

ID de réunion : 989 1803 2429

Gaëlle Clavandier invitée du Séminaire inter-laboratoires TELEMMe / ADES « Histoire et anthropologie de la mort », le 17 mars 2021

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche inter-laboratoire a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Dans le contexte de la crise sanitaire, les deux premières séances ont dû être reportées à l’automne 2021.

Nous ouvrirons donc le séminaire par la double séance du 17 mars 2021 (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku Université, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

A notre grand regret, cette séance se tiendra en visioconférence. Pour y participer, il vous suffit de vous connecter via le lien zoom ci-dessous.

Cette séance est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92088664996?pwd=UHJ3TzBQT21ndUpTK0ZGYmhyeGJyUT09

ID de réunion : 920 8866 4996

Code secret : 029489

Gaëlle Clavandier invitée du séminaire « trajectoire de santé » du laboratoire Pacte (CNRS/Université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Image par carolynabooth de Pixabay

La problématique des trajectoires s’est considérablement développée ces dernières décennies. Elle concerne les trajectoires biographiques, les parcours de vie et les ruptures ou bifurcations éventuelles en lien notamment avec des contextes d’épreuve. Dans le domaine de la santé la question des « trajectoires de soin » ou celle de la « trajectoire du patient » sont également particulièrement saillantes. Le propos de cette intervention nécessitera d’opérer un décalage avec ces travaux, tout en conservant cette approche en termes de trajectoire, de contexte d’épreuve et d’articulation entre des secteurs d’activités (sanitaire, funéraire). En effet, il s’agira d’étudier la trajectoire de corps de personnes décédées, nécessitant de se centrer sur la matérialité du corps et les étapes successives, les gestes qui sont réalisés au moment du décès de la personne jusqu’à sa sépulture, puis éventuellement par la suite (exhumation, dispersion de cendres, etc.). Étudier la trajectoire des corps, leur manipulation (comment, par qui, selon quel registre ?), les lieux par lesquels ils transitent, les documents administratifs que cela nécessite permet d’accéder d’une part aux arrangements pratiques résultant de la crise sanitaire et d’autre part aux ajustements normatifs (d’un point de vue juridique, éthique et sociétal) concernant le traitement des cadavres dont certains sont susceptibles de perdurer.

Marc-Antoine Berthod invité de l’émission Le grand soir sur la RTS

Depuis la crise de la COVID-19, la fin de vie a changé de visage. Marc-Antoine Berthod, anthropologue spécialiste des rituels liés à la mort, coordonne un programme de recherche sur les mondes funéraires, les familles en deuil et la pandémie de la COVID-19. Avec les mesures de distanciation sociale, l’organisation des enterrements et le vécu des familles ont été totalement chamboulés. Le personnel du monde funéraire a été invisibilisé, voire oublié, alors que son rôle a été essentiel dans l’accompagnement des familles endeuillées.

https://www.hetsl.ch/actualites-rad/detail/marc-antoine-berthod-est-linvite-du-grand-soir/

Colloque

Les technologies numériques et la mort

UQAM – 12 février 2021

À l’heure où notre vie sociale est peu à peu « colonisée » par les dispositifs numériques (Smyrnaios, 2016), la mort se technologise de plus en plus. Cette incursion du numérique suscite l’émergence de nouvelles problématiques en termes scientifiques, juridiques, politiques, éthiques, méthodologiques, anthropologiques, sociétaux et thanatologiques… Elle soulève aussi des enjeux en matière de transhumanisme qui conduisent chercheurs, praticiens et acteurs du funéraire ou du soin entourant la mort à renouveler leurs questionnements et leurs pratiques. Elle transforme en profondeur les pratiques et expériences de construction du sens et de l’identité tout comme les dimensions psychologiques et les aspects socioculturels et professionnels liés à la mort.

Codirigé par Mouloud Boukala (Université du Québec à Montréal), Hélène Bourdeloie (Université Sorbonne Paris Nord) et Gil Labescat (Université de Montréal et IRIPI), ce webinaire explorera plusieurs axes thématiques :

  • liaisons ou dé-liaisons avec les morts
  • dématérialisation de la mort
  • stratégies numériques des acteurs de la mort
  • vie en ligne et transhumanisme
  • deuils transnationaux et données massives (big data)
  • passages à l’acte et mises à mort en ligne

Publication

Des cadavres dans nos poubelles. Restes humains et espaces détritiques de la Préhistoire à nos jours, Paris, 2020, 302 p.

Que ce soit au sein de contextes archéologiques ou judiciaires, des restes humains sont régulièrement découverts dans des espaces réservés aux déchets. Ces situations ne témoignent pas seulement d’un simple abandon, mais semblent aussi liées à une volonté d’assimiler le corps mort à un détritus et de le déshumaniser. Mais est-ce toujours et partout le cas ? Comment, par qui et pourquoi certains individus sont-ils délibérément jetés après leur mort dans des dépotoirs ou des décharges? Qui sont-ils ? 

Les douze chapitres de ce volume couvrent plus de 3 000 siècles d’histoire et plusieurs continents. Ils permettent d’aborder pour la première fois ces questions de façon comparative et à large échelle. Les contributions émanant d’archéologues, d’anthropologues, de sociologues et d’historiens nous révèlent l’ancienneté de l’association entre des restes humains et des espaces détritiques, tout autant que ses diverses modalités. Des cadavres dans nos poubelle montre ainsi que la violence symbolique portée au corps mort fait souvent suite à des violences physiques subies par le corps de son vivant. L’ouvrage interroge au final le statut du cadavre, tout autant que les logiques qui président à sa disqualification en déchet.

Avec les contributions de : Erik Trinkaus, Sandra Sázelová & Jiří Svoboda ; Philippe Lefranc & Fanny Chenal ; Marie Daugey ; Rodrigue Wouassi Ladjinou ; Aminte Thomann, Florence Carré & Yves-Marie Adrian ; Mariano Perelman ; Caroline Laforest & Irene Selsvold ; Maria Teresa Ferreira, Catarina Coelho, Ana I. Rufino, David Navega, João d’Oliveira Coelho, Miguel Almeida & Sofia N. Wasterlain ; Valentina Zagaria ; Élodie Wermuth & Nicolas Peyne ; Claudia Fonseca & Rodrigo Grazinoli Garrido ; Philippe Charrier, Gaëlle Clavandier, Vincent Gourdon & Nathalie Sage Pranchère ; Aurore Schmitt & Elisabeth Anstett.

WORKSHOP 1

Programme Workshop 1

26 (après-midi) et 27 novembre (matin) 2020

En visio-conférence

Co-funéraire – Co-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19 (ANR)

No Lonely Deaths – Answering the Impact of the Covid-19 Pandemic on the Funeral Sector and on Bereaved Families (FNS)

Ces premières journées de Workshop réuniront les membres des deux équipes de recherche et les membres du comité scientifique, ainsi que, lors de la deuxième demi-journée, des professionnel·e·s du funéraire et des chercheur·e·s travaillant sur des thématiques similaires. Compte tenu de l’évolution de la situation sanitaire actuelle, ces deux demies-journées seront tenues uniquement par visio-conférence.

La première demi-journée sera consacrée à la description des différents terrains, des données recueillies ainsi que des premiers points saillants afin de les soumettre à la discussion avec les membres du comité scientifique. La seconde demi-journée sera articulée autour de trois interventions d’une vingtaine de minutes chacune permettant de mettre en perspective des enjeux juridiques, règlementaires et procéduraux en matière funéraire en temps de pandémie de Covid-19, relativement aux trois pays couverts par le programme de recherche : la Suisse, la France et l’Italie. À cette matinée participeront, avec l’équipe de recherche et les membres du comité scientifique, des professionnel·le·s du funéraire, ainsi que des chercheur·euse·s travaillant sur des thématiques similaires.

Coordination

Gaëlle Clavandier (Centre Max Weber, sociologue et anthropologue)

Marc-Antoine Berthod (Haute école de travail social et de la santé Lausanne | HES-SO, anthropologue)

Equipe de recherche

Martin Julier-Costes (Centre Max Weber, socio-anthropologue)

Philippe Charrier (Centre Max Weber, sociologue)

Veronica Pagnamenta (Haute école de travail social et de la santé Lausanne | HES-SO, anthropologue)

Alexandre Pillonel (Haute école de travail social et de la santé Lausanne | HES-SO, sociologue)

Jeudi 26 novembre 2020

13h30 – 14h00 Introduction au Workshop

Accueil et rapide tour de présentation des personnes présentes

14h00 – 17h30 L’état des terrains

Point de situation par pays (Suisse, France, Italie)

Premières pistes d’analyse (confinement et déconfinement)

Échanges avec les membres du comité scientifique

Vendredi 27 novembre 2020

9h00 – 9h15 Introduction et présentations

9h15 – 9h45 « Chronologie du cadre législatif de la prise en charge des défunts en Suisse Romande par le personnel funéraire au printemps 2020 »

Dr. Vincent Varlet, Privat-Docent, Responsable du Swiss Human Institute of Forensic Taphonomy (SHIFT), Centre universitaire romande médecine légale, Suisse

9h45 – 10h15 « L’évolution du droit funéraire français en période de Covid-19 »

Guillaume Rousset, Maître de conférences en droit, HDR, Université Jean Moulin Lyon 3 (IFROSS), France

10h15 – 10h30 Pause

10h30 – 11h00 « Le droit funéraire italien ‘aux temps de la Covid-19’ »

Laurence Klesta, ricercatrice (maître de conférences en droit privé), Dipartimento di diritto privato e critica del diritto, Università degli Studi di Padova, Italia

11h00 – 12h30 Discussion avec les participant·e·s

AUDITION auprès de l’Office parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST)

Dans le contexte de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19, l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques s’est réuni afin d’établir une note relative aux rituels funéraires. Gaëlle Clanvadier et Martin Julier Costes ont chacun été auditionnée comme expert.  

http://www2.assemblee-nationale.fr/content/download/311629/3025735/version/1/file/OPECST_2020_0027_note_rites_funéraires_covid19.pdf

OPECST

Elaborer une réponse funéraire en période confinement (G. Clavandier, M.-A. Berthod, P. Charrier, M. Julier-Costes)

Une partie de l’équipe de recherche (Gaëlle Clavandier, Marc-Antoine Berthod, Philippe Charrier, Martin Julier-Costes) vient de publier un chapitre dans l’ouvrage dirigé par Emmanuel Hirsch, Pandémie 2020. Ethique, Société, Politique (édtions du Cerf)

https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/19098/pandemie-2020

Le chapitre s’intitule Elaborer un réponse funéraire en contexte de confinement (p.525-534). Il s’agit, à partir des premiers éléments recueillis lors des démarches de terrains, de dessiner les grands constats, en particulier « les obsèques bousculées » pour l’ensemble des décès de la période, mais également les enjeux pour le système funéraire et les orientations que celui-ci peut prendre.

Kick-off Meeting – 2 juillet 2020

En Visio-conférence

Matin : 10h30-12h30

Introduction, Accueil

Présentation des équipes françaises et suisses

Présentation des membres du Comité Scientifique

Présentation du programme de recherche

Rôle du Comité Scientifique

Organisation des manifestations et calendrier

Après-midi : 14h00-16h00

Éléments saillants issus de la collecte des données en temps de confinement

Discussions avec le Comité Scientifique

Prochaine rencontre (26-27 novembre 2020, Lausanne)

Coordinateurs :
Gaëlle Clavandier (Centre Max Weber, sociologue et anthropologue, coordinatrice)
Marc-Antoine Berthod (Haute École Spécialisée de Suisse occidentale, anthropologue,
coordinateur)
Équipe de chercheurs :
Martin Julier-Costes (Centre Max Weber, socio-anthropologue)
Philippe Charrier (Centre Max Weber, sociologue)
Veronica Pagnamenta (Haute École Spécialisée de Suisse occidentale anthropologue)
Alexandre Pillonel (Haute École Spécialisée de Suisse occidentale, sociologue)

tableau des décès du au Covid-19
cliché : Tobais Rehbein

Co-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search