Intervention de Gaëlle Clavandier dans un webinaire consacré aux sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales

Dans le cadre du cycle « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » (Réseau des MSH) et du dispositif « HS3P – Crises sanitaires et environnementales : humanités, sciences sociales, santé publique » (CNRS, Inserm), La MSH Lyon Saint-Etienne organise une nouvelle visioconférence ouverte à tou.te.s intitulé :

La réponse funéraire en période de pandémie. Impact sur les professionnels et les personnes endeuillées

Intervenante : Gaëlle Clavandier, maître de conférences HDR en sociologie et anthropologie (université Jean-Monnet-Saint-Étienne, CMW).

La pandémie de Covid-19 confronte les sociétés occidentales à une crise sanitaire et sociale sans précédent. Elle bouleverse le système funéraire, en particulier les temps de l’adieu au défunt et des obsèques. À la différence des crises récentes de mortalité, ici ce sont l’ensemble des décès qui est concerné. Ce webinaire présentera des travaux de recherche qui ont documenté les aménagements (normatifs, organisationnels, techniques, relationnels) mis en œuvre par les acteurs professionnels au moment de la crise ou des crises (soignants, opérateurs funéraires, agents de l’état civil, des cimetières et des crématoriums). L’objectif du projet “COFUNERAIRE : co-construire une réponse funéraire en contexte de la pandémie du Covid-19” est aussi d’apprécier les multiples impacts de ces aménagements sur les personnes endeuillées et d’analyser les ressources qu’elles ont pu développer pour faire face à cette situation singulière et les impossibilités auxquelles elles ont été confrontées. Ces recherches se fondent sur une approche qualitative – observations, entretiens – principalement en France et en Suisse, mais également en Italie. Elles partent de l’hypothèse qu’en raison de l’étendue et de la durée de cette crise sanitaire, les conséquences en matière funéraire nécessite une réponse collective co-construite prenant en compte la reconnaissance et la sécurisation des pratiques professionnelles, la gestion des corps selon les recommandations tant sanitaires que sociales, la ritualité funéraire au moment du décès et lors des mois qui suivent.

La visioconférence aura lieu le vendredi 5 novembre 2021, de 13h à 14h.

Contact : communication@msh-lse.fr
En savoir plus : https://www.msh-lse.fr/agenda/reponse-funeraire-pandemie/

Intervention d’Alexandre Pillonel au 15ème congrès “death, Dying and Disposal”

Son intervention, intitulée Dealing with the dead in a pandemic context, s’est déroulée le 2 septembre 2021, à la Manchester Metropolitan University.

Dealing with the Dead in a Pandemic Context While the increase in the number of people affected by the Covid-19 virus and the number of deaths have drawn the attention of experts to the organisation of medical institutions and mourning processes, the relatively marginal professional world (Trompette & Caroly, 2004) of funeral directors has rarely been at the centre of these concerns. Based on an observational study during the second wave of the pandemic in the heart of a funeral Centre in Geneva, this paper aims to describe the impacts of the restrictions related to the Covid-19 pandemic on the daily work of these professionals. How did these professionals negotiate a workspace between the fear of being infected and their role as interface between the living and the dead; between restrictions and health precautions concerning the care of the body and the expectations of the families regarding a dignified treatment of the deceased?

Marc-antoine Berthod invité du Colloque “QU’EST-CE QUE LA CRISE SANITAIRE FAIT AU PROCESSUS DE DEUIL ET AUX RITES FUNÉRAIRES ?”

sur le thème : INTIMITÉS CONTRAINTES. RÉORGANISATIONS FUNÉRAIRES ET DEUIL EN TEMPS DE PANDÉMIE

Colloque organisé par le Centre interdisciplinaire en histoire et sciences des religions (CIHSR – UNIL)

VENDREDI 26 MARS 2021 (en ligne) – UNIL

ARGUMENT GÉNÉRAL

La crise sanitaire, politique, économique et sociale liée à la Covid-19 a profondément affecté les rituels funéraires et cela différemment selon les pays. De nombreux témoignages relayés par les médias helvétiques ont mis en évidence comment,dans des pays voisins, les autorités sanitaires ont fermé des lieux de cultes, interdit certains rites funéraires et imposé des restrictions aux services funèbres.

Souvent associées à des images, la diffusion de ces informations a eu un fort impact sur l’imaginaire collectif. Elles ont relancé le débat, qui puise ses racines dans la Grèce ancienne, au sujet du devoir de sépulture qui entoure et favorise le processus de deuil dans toute société. Cette crise a par ailleurs jeté la lumière sur la teneur de notre rapport aux rites funéraires et plus largement à la mort: remis en cause par les restrictions sanitaires, ceux-ci étaient déjà en pleine transformation,notamment depuis l’apparition des nouvelles technologies numériques qui autorisent des commémorations « online » – en direct ou en différé – ou la création de cimetières virtuels.

Dans ce contexte très large qui génère et révèle à la fois de nombreuses questions de société, plusieurs enseignant.e.s chercheur·euse·s de l’Université de Lausanne, issu·e·s de facultés différentes, veulent interroger les répercussions de la crise sanitaire que nous traversons depuis des mois sur les pratiques funéraires et partant, sur le processus de deuil. Qu’est-ce que la crise sanitaire fait au processus de deuil? Le transforme-t-elle? Précipite-t-elle un rapport à la mort et aux rites déjà en pleine évolution qui entourent cette étape de vie? Incite-t-elle à repenser des rituels qui semblent, à certains, déjà dépassés voire vides de sens? Enfin, comment les réaménagements des dispositifs funéraires impactent-ils nos manières de penser le deuil et de vivre collectivement son surgissement ?

Une palette d’intervenant·e·s ont été invité·e·s pour débattre collectivement de ces importantes questions dans le but de favoriser un regard réflexif et critique, interdisciplinaire et comparatiste, sur la crise que nous traversons actuellement.

https://unil.zoom.us/j/98918032429

ID de réunion : 989 1803 2429

Gaëlle Clavandier invitée du Séminaire inter-laboratoires TELEMMe / ADES “Histoire et anthropologie de la mort”, le 17 mars 2021

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche inter-laboratoire a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Dans le contexte de la crise sanitaire, les deux premières séances ont dû être reportées à l’automne 2021.

Nous ouvrirons donc le séminaire par la double séance du 17 mars 2021 (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku Université, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

A notre grand regret, cette séance se tiendra en visioconférence. Pour y participer, il vous suffit de vous connecter via le lien zoom ci-dessous.

Cette séance est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92088664996?pwd=UHJ3TzBQT21ndUpTK0ZGYmhyeGJyUT09

ID de réunion : 920 8866 4996

Code secret : 029489

Co-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search