Gaëlle Clavandier invitée du séminaire « trajectoire de santé » du laboratoire Pacte (CNRS/Université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Image par carolynabooth de Pixabay

La problématique des trajectoires s’est considérablement développée ces dernières décennies. Elle concerne les trajectoires biographiques, les parcours de vie et les ruptures ou bifurcations éventuelles en lien notamment avec des contextes d’épreuve. Dans le domaine de la santé la question des « trajectoires de soin » ou celle de la « trajectoire du patient » sont également particulièrement saillantes. Le propos de cette intervention nécessitera d’opérer un décalage avec ces travaux, tout en conservant cette approche en termes de trajectoire, de contexte d’épreuve et d’articulation entre des secteurs d’activités (sanitaire, funéraire). En effet, il s’agira d’étudier la trajectoire de corps de personnes décédées, nécessitant de se centrer sur la matérialité du corps et les étapes successives, les gestes qui sont réalisés au moment du décès de la personne jusqu’à sa sépulture, puis éventuellement par la suite (exhumation, dispersion de cendres, etc.). Étudier la trajectoire des corps, leur manipulation (comment, par qui, selon quel registre ?), les lieux par lesquels ils transitent, les documents administratifs que cela nécessite permet d’accéder d’une part aux arrangements pratiques résultant de la crise sanitaire et d’autre part aux ajustements normatifs (d’un point de vue juridique, éthique et sociétal) concernant le traitement des cadavres dont certains sont susceptibles de perdurer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.