Archives de catégorie : Interventions dans des séminaires

Intervention de Gaëlle Clavandier dans un webinaire consacré aux sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales

Dans le cadre du cycle « Les sciences à l’épreuve des crises sanitaires et environnementales » (Réseau des MSH) et du dispositif « HS3P – Crises sanitaires et environnementales : humanités, sciences sociales, santé publique » (CNRS, Inserm), La MSH Lyon Saint-Etienne organise une nouvelle visioconférence ouverte à tou.te.s intitulé :

La réponse funéraire en période de pandémie. Impact sur les professionnels et les personnes endeuillées

Intervenante : Gaëlle Clavandier, maître de conférences HDR en sociologie et anthropologie (université Jean-Monnet-Saint-Étienne, CMW).

La pandémie de Covid-19 confronte les sociétés occidentales à une crise sanitaire et sociale sans précédent. Elle bouleverse le système funéraire, en particulier les temps de l’adieu au défunt et des obsèques. À la différence des crises récentes de mortalité, ici ce sont l’ensemble des décès qui est concerné. Ce webinaire présentera des travaux de recherche qui ont documenté les aménagements (normatifs, organisationnels, techniques, relationnels) mis en œuvre par les acteurs professionnels au moment de la crise ou des crises (soignants, opérateurs funéraires, agents de l’état civil, des cimetières et des crématoriums). L’objectif du projet “COFUNERAIRE : co-construire une réponse funéraire en contexte de la pandémie du Covid-19” est aussi d’apprécier les multiples impacts de ces aménagements sur les personnes endeuillées et d’analyser les ressources qu’elles ont pu développer pour faire face à cette situation singulière et les impossibilités auxquelles elles ont été confrontées. Ces recherches se fondent sur une approche qualitative – observations, entretiens – principalement en France et en Suisse, mais également en Italie. Elles partent de l’hypothèse qu’en raison de l’étendue et de la durée de cette crise sanitaire, les conséquences en matière funéraire nécessite une réponse collective co-construite prenant en compte la reconnaissance et la sécurisation des pratiques professionnelles, la gestion des corps selon les recommandations tant sanitaires que sociales, la ritualité funéraire au moment du décès et lors des mois qui suivent.

La visioconférence aura lieu le vendredi 5 novembre 2021, de 13h à 14h.

Contact : communication@msh-lse.fr
En savoir plus : https://www.msh-lse.fr/agenda/reponse-funeraire-pandemie/

Gaëlle Clavandier invitée du Séminaire inter-laboratoires TELEMMe / ADES “Histoire et anthropologie de la mort”, le 17 mars 2021

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche inter-laboratoire a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Dans le contexte de la crise sanitaire, les deux premières séances ont dû être reportées à l’automne 2021.

Nous ouvrirons donc le séminaire par la double séance du 17 mars 2021 (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku Université, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

A notre grand regret, cette séance se tiendra en visioconférence. Pour y participer, il vous suffit de vous connecter via le lien zoom ci-dessous.

Cette séance est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92088664996?pwd=UHJ3TzBQT21ndUpTK0ZGYmhyeGJyUT09

ID de réunion : 920 8866 4996

Code secret : 029489

Gaëlle Clavandier invitée du séminaire “trajectoire de santé” du laboratoire Pacte (CNRS/Université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Image par carolynabooth de Pixabay

La problématique des trajectoires s’est considérablement développée ces dernières décennies. Elle concerne les trajectoires biographiques, les parcours de vie et les ruptures ou bifurcations éventuelles en lien notamment avec des contextes d’épreuve. Dans le domaine de la santé la question des “trajectoires de soin” ou celle de la “trajectoire du patient” sont également particulièrement saillantes. Le propos de cette intervention nécessitera d’opérer un décalage avec ces travaux, tout en conservant cette approche en termes de trajectoire, de contexte d’épreuve et d’articulation entre des secteurs d’activités (sanitaire, funéraire). En effet, il s’agira d’étudier la trajectoire de corps de personnes décédées, nécessitant de se centrer sur la matérialité du corps et les étapes successives, les gestes qui sont réalisés au moment du décès de la personne jusqu’à sa sépulture, puis éventuellement par la suite (exhumation, dispersion de cendres, etc.). Étudier la trajectoire des corps, leur manipulation (comment, par qui, selon quel registre ?), les lieux par lesquels ils transitent, les documents administratifs que cela nécessite permet d’accéder d’une part aux arrangements pratiques résultant de la crise sanitaire et d’autre part aux ajustements normatifs (d’un point de vue juridique, éthique et sociétal) concernant le traitement des cadavres dont certains sont susceptibles de perdurer.

Colloque

Les technologies numériques et la mort

UQAM – 12 février 2021

À l’heure où notre vie sociale est peu à peu « colonisée » par les dispositifs numériques (Smyrnaios, 2016), la mort se technologise de plus en plus. Cette incursion du numérique suscite l’émergence de nouvelles problématiques en termes scientifiques, juridiques, politiques, éthiques, méthodologiques, anthropologiques, sociétaux et thanatologiques… Elle soulève aussi des enjeux en matière de transhumanisme qui conduisent chercheurs, praticiens et acteurs du funéraire ou du soin entourant la mort à renouveler leurs questionnements et leurs pratiques. Elle transforme en profondeur les pratiques et expériences de construction du sens et de l’identité tout comme les dimensions psychologiques et les aspects socioculturels et professionnels liés à la mort.

Codirigé par Mouloud Boukala (Université du Québec à Montréal), Hélène Bourdeloie (Université Sorbonne Paris Nord) et Gil Labescat (Université de Montréal et IRIPI), ce webinaire explorera plusieurs axes thématiques :

  • liaisons ou dé-liaisons avec les morts
  • dématérialisation de la mort
  • stratégies numériques des acteurs de la mort
  • vie en ligne et transhumanisme
  • deuils transnationaux et données massives (big data)
  • passages à l’acte et mises à mort en ligne