Marc-antoine Berthod invité du Colloque « QU’EST-CE QUE LA CRISE SANITAIRE FAIT AU PROCESSUS DE DEUIL ET AUX RITES FUNÉRAIRES ? »

sur le thème : INTIMITÉS CONTRAINTES. RÉORGANISATIONS FUNÉRAIRES ET DEUIL EN TEMPS DE PANDÉMIE

Colloque organisé par le Centre interdisciplinaire en histoire et sciences des religions (CIHSR – UNIL)

VENDREDI 26 MARS 2021 (en ligne) – UNIL

ARGUMENT GÉNÉRAL

La crise sanitaire, politique, économique et sociale liée à la Covid-19 a profondément affecté les rituels funéraires et cela différemment selon les pays. De nombreux témoignages relayés par les médias helvétiques ont mis en évidence comment,dans des pays voisins, les autorités sanitaires ont fermé des lieux de cultes, interdit certains rites funéraires et imposé des restrictions aux services funèbres.

Souvent associées à des images, la diffusion de ces informations a eu un fort impact sur l’imaginaire collectif. Elles ont relancé le débat, qui puise ses racines dans la Grèce ancienne, au sujet du devoir de sépulture qui entoure et favorise le processus de deuil dans toute société. Cette crise a par ailleurs jeté la lumière sur la teneur de notre rapport aux rites funéraires et plus largement à la mort: remis en cause par les restrictions sanitaires, ceux-ci étaient déjà en pleine transformation,notamment depuis l’apparition des nouvelles technologies numériques qui autorisent des commémorations « online » – en direct ou en différé – ou la création de cimetières virtuels.

Dans ce contexte très large qui génère et révèle à la fois de nombreuses questions de société, plusieurs enseignant.e.s chercheur·euse·s de l’Université de Lausanne, issu·e·s de facultés différentes, veulent interroger les répercussions de la crise sanitaire que nous traversons depuis des mois sur les pratiques funéraires et partant, sur le processus de deuil. Qu’est-ce que la crise sanitaire fait au processus de deuil? Le transforme-t-elle? Précipite-t-elle un rapport à la mort et aux rites déjà en pleine évolution qui entourent cette étape de vie? Incite-t-elle à repenser des rituels qui semblent, à certains, déjà dépassés voire vides de sens? Enfin, comment les réaménagements des dispositifs funéraires impactent-ils nos manières de penser le deuil et de vivre collectivement son surgissement ?

Une palette d’intervenant·e·s ont été invité·e·s pour débattre collectivement de ces importantes questions dans le but de favoriser un regard réflexif et critique, interdisciplinaire et comparatiste, sur la crise que nous traversons actuellement.

https://unil.zoom.us/j/98918032429

ID de réunion : 989 1803 2429

Gaëlle Clavandier invitée du Séminaire inter-laboratoires TELEMMe / ADES « Histoire et anthropologie de la mort », le 17 mars 2021

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche inter-laboratoire a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Dans le contexte de la crise sanitaire, les deux premières séances ont dû être reportées à l’automne 2021.

Nous ouvrirons donc le séminaire par la double séance du 17 mars 2021 (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku Université, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

A notre grand regret, cette séance se tiendra en visioconférence. Pour y participer, il vous suffit de vous connecter via le lien zoom ci-dessous.

Cette séance est ouverte à tous (étudiants de master, doctorants, chercheurs, enseignants chercheurs, professionnels du funéraire) et à toutes les disciplines académiques (sciences humaines et sociales, médecine, etc.) ; notre objectif est en effet d’amorcer une véritable dynamique autour des études sur la mort.

Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ), Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Participer à la réunion Zoom

https://univ-amu-fr.zoom.us/j/92088664996?pwd=UHJ3TzBQT21ndUpTK0ZGYmhyeGJyUT09

ID de réunion : 920 8866 4996

Code secret : 029489

Gaëlle Clavandier invitée du séminaire « trajectoire de santé » du laboratoire Pacte (CNRS/Université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Image par carolynabooth de Pixabay

La problématique des trajectoires s’est considérablement développée ces dernières décennies. Elle concerne les trajectoires biographiques, les parcours de vie et les ruptures ou bifurcations éventuelles en lien notamment avec des contextes d’épreuve. Dans le domaine de la santé la question des « trajectoires de soin » ou celle de la « trajectoire du patient » sont également particulièrement saillantes. Le propos de cette intervention nécessitera d’opérer un décalage avec ces travaux, tout en conservant cette approche en termes de trajectoire, de contexte d’épreuve et d’articulation entre des secteurs d’activités (sanitaire, funéraire). En effet, il s’agira d’étudier la trajectoire de corps de personnes décédées, nécessitant de se centrer sur la matérialité du corps et les étapes successives, les gestes qui sont réalisés au moment du décès de la personne jusqu’à sa sépulture, puis éventuellement par la suite (exhumation, dispersion de cendres, etc.). Étudier la trajectoire des corps, leur manipulation (comment, par qui, selon quel registre ?), les lieux par lesquels ils transitent, les documents administratifs que cela nécessite permet d’accéder d’une part aux arrangements pratiques résultant de la crise sanitaire et d’autre part aux ajustements normatifs (d’un point de vue juridique, éthique et sociétal) concernant le traitement des cadavres dont certains sont susceptibles de perdurer.

Marc-Antoine Berthod invité de l’émission Le grand soir sur la RTS

Depuis la crise de la COVID-19, la fin de vie a changé de visage. Marc-Antoine Berthod, anthropologue spécialiste des rituels liés à la mort, coordonne un programme de recherche sur les mondes funéraires, les familles en deuil et la pandémie de la COVID-19. Avec les mesures de distanciation sociale, l’organisation des enterrements et le vécu des familles ont été totalement chamboulés. Le personnel du monde funéraire a été invisibilisé, voire oublié, alors que son rôle a été essentiel dans l’accompagnement des familles endeuillées.

https://www.hetsl.ch/actualites-rad/detail/marc-antoine-berthod-est-linvite-du-grand-soir/